L'appropriation des aides optiques avec l'orthoptiste

Favoriser la bonne utilisation des aides optiques, c’est pour l'orthoptiste :

  • savoir informer le patient sur les aides existantes et la nécessité d’une personnalisation par rapport à sa situation visuelle
  • le préparer aux exigences et aux limites des systèmes grossissants et à l’évaluation pratiquée par l’opticien spécialisé en Basse Vision
  • prendre en compte la situation globale de la personne déficiente visuelle en considérant son état physique et psychique, ses conditions de vie et les conséquences des pathologies liées à l’âge (rhumatismes, maladies neurologiques, maladies générales) dont il pourrait souffrir
  • rendre possible leur appropriation et leur transposition dans sa vie quotidienne par des exercices appropriés

Assurer son rôle « conseil », c’est :

  • insister sur l’importance de l’éclairement et de l’intérêt de la correction optique par des mises en situation
  • promouvoir le bénéfice des aides « pratiques » que peuvent être les pupitres, les lampes, les guides d’écriture, les livres en gros caractères, les livres sonores

L’orthoptiste apprend aux patients à utiliser les meilleures stratégies visuelles possibles avec l’équipement. 

Il travaille en collaboration étroite avec les différents intervenants de la prise en charge globale de la personne déficiente visuelle : l’instructeur de locomotion, le rééducateur en activité de la vie journalière, le formateur en informatique adaptée pour les cas sévères et l’opticien spécialisé, « technicien de l’optique », pour trouver le ou les équipements les mieux adaptés (adaptés aux patients mais également à l’utilisation qu’il veut en faire).

Le choix en aides optiques est vaste mais, chacun de ces systèmes a ses propres limites et génère des contraintes d’utilisation à faire comprendre et à respecter :

  • une bonne installation
  • la connaissance et le respect de la distance de mise au point pour une efficacité optimale
  • une gestion du champ réduit
  • des stratégies de repérage et de retour à la ligne
  • des contraintes posturales
  • l’obligation d’une lecture syllabique et analytique et une grande souplesse mentale 

L’orthoptiste lors de sa prise en charge peut non seulement aider le patient à trouver l’aide la plus adaptée à ses besoins et à son degré de malvoyance mais s’efforce d’en favoriser une bonne utilisation par des exercices adaptés pour une bonne appropriation espérant ainsi favoriser la transposition dans son quotidien.

Certains auteurs, notamment  les publications de MALTHIEU et coll.*et de COHEN ET Coll* ont montré que la satisfaction des usagers étaient nettement plus élevée chez les patients ayant bénéficié d’une rééducation orthoptique par rapport à ceux qui n’avaient pas été rééduqués.

 

Les informations fournies sur le site guide-vue.fr® sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.

Cet article a été rédigé par Le comité éditorial et mis à jour le 23/11/2011.

Back to top