Alzheimer, un marqueur biologique présent dans l’œil

#Santé Retour aux actualités

Le diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer, qui touche près d'un million de personnes en France, compte parmi les grands enjeux de la recherche médicale et scientifique. En septembre 2020, des chercheurs de l’Université de Boston ont réalisé une expérience se fondant sur l’étude des yeux et plus particulièrement de l’humeur vitrée, et identifié un biomarqueur de la maladie d'Alzheimer. Une nouvelle qui pourrait bien mettre un coup d'accélérateur à son dépistage... Explications.

Un nouveau biomarqueur observé dans le liquide oculaire

Les résultats obtenus par l'équipe de recherche de l'Université de Boston sont assez probants. Publiés dans la revue médicale Alzheimer’s Research & Therapy le 17 septembre 2020, ces derniers ont montré en effet des taux élevés d’un marqueur biologique de la maladie dégénérative, le Neurofilament light chain (Nfl), dans le liquide oculaire - ou humeur vitrée - des 77 patients choisis pour cette expérience. Associé aux protéines tau et aux bêta-amyloïdes, autres marqueurs biologiques de la maladie d’Alzheimer, il avait déjà été détecté dans le sang et le liquide céphalo-rachidien, et maintenant dans le liquide oculaire. La présence de ce marqueur n’est par ailleurs pas soumis à celles d’autres maladies oculaires ou chroniques, tels que le diabète ou l’hypertension, selon ces chercheurs.

Accélérer le diagnostic de la maladie

L'intérêt de cette découverte ? Il s'agit bel et bien d'une avancée majeure, car elle permettrait de diagnostiquer, par l'intermédiaire d'un test visuel, la maladie d’Alzheimer ainsi que d’autres maladies neurodégénératives à l'instar du syndrome de Parkinson. Souvent détectées trop tard, ces maladies ne bénéficient à ce jour d'aucun traitement, mais un diagnostic réalisé plus tôt serait une chance supplémentaire pour les médecins de ralentir la progression de la maladie et de faciliter la vie des patients. D'où l'importance de poser le plus rapidement possible un diagnostic pour mettre en place au plus vite une prise en charge adaptée.

Alzheimer aujourd’hui en France

En 2019, la maladie d’Alzheimer touchait 900 000 personnes en France. S’attaquant aux neurones, elle cause des troubles cognitifs de plus en plus importants : on rencontre le plus fréquemment des pertes de mémoire, mais viennent également des troubles d’élocution et de la vision élaborée, ainsi que des difficultés à programmer des actions et à s’orienter. Si la maladie est très rare avant 65 ans, le taux de patients atteint 15% après 80 ans. L'arrivée des premiers symptômes est généralement constatée aux environs de 75 ans. D’ailleurs, l’augmentation de l’espérance de vie dans les pays occidentaux ne peut qu'augmenter la prévalence de cette maladie : l’Inserm attend 1,3 million de cas en France en 2020. Dans le monde, ce sont près de 50 millions de personnes qui sont concernées. D’autres maladies comme le diabète et l’hypertension ainsi que la sédentarité et l’inactivité jouent également un rôle dans le développement de cette pathologie multifactorielle.

La découverte de ce marqueur biologique dans le liquide oculaire constitue donc une avancée de taille qui probablement fera date dans la lutte contre cette maladie neurodégénérative.

Sources :
Alzheimer's Research & Therapy, “Neurofilament light chain in the vitreous humor of the eye”, Manju L. Subramanian, Viha Vig, Jaeyoon Chung, Marissa G. Fiorello, Weiming Xia, Henrik Zetterberg, Kaj Blennow, Madeleine Zetterberg, Farah Shareef, Nicole H. Siegel, Steven Ness, Gyungah R. Jun & Thor D. Stein. Publié le 17 Septembre 2020

Back to top