Les ophtalmologistes mobilisés pour soigner les pathologies oculaires

#Santé Retour aux actualités

Pendant le confinement destiné à limiter la propagation du covid-19, les ophtalmologistes souhaitent rappeler l’importance de continuer à se faire soigner, et tout particulièrement pour les patients atteints de certaines pathologies, telles que DMLA, glaucome, rétinopathie diabétique... La continuité des soins tout comme les urgences sont en effet assurées par les 60% de cabinets ophtalmologiques restés ouverts, et ce dans le respect des mesures sanitaires permettant d’assurer la sécurité des soignants et des patients.

 

Plus de la moitié des cabinets d’ophtalmologistes sont à votre service

En effet, 60 % des cabinets sont ouverts et assurent une continuité de soins. C’est ce que révèle une étude menée auprès de 1500 ophtalmologistes à travers le pays et dévoilée ce 3 avril 2020 par le Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF). Celle-ci a été lancée afin de mesurer l’impact de cette crise sanitaire sur l’activité médicale. Les résultats sont sans appel : les médecins ophtalmologistes ont connu une baisse brutale de leur activité, d’au moins 95% pour 82% d’entre eux depuis le passage au stade 3 de l’épidémie de coronavirus. Bien sûr, la consigne martelée depuis le début de ce confinement, visant à rester chez soi et réduire ses déplacements au strict minimum, explique en très grande partie cette baisse drastique d’activité. Toutefois, si les amplitudes horaires varient d’un cabinet à l’autre et qu’il est essentiel de se renseigner avant de se déplacer, ces cabinets assurent cette continuité de soins, et ce en toute sécurité. Et le président du SNOF, Thierry Bour, de rappeler : “Afin de limiter les risques de contamination au coronavirus, les ophtalmologistes ont pris toutes les dispositions pour maintenir un accès sécurisé à une consultation spécialisée”.
Lavage de mains, soluté hydro-alcoolique, port de masque, distanciation sociale, etc., toutes les précautions ont en effet été prises pour protéger les personnels soignants tout comme les patients en adoptant les mesures barrières au sein des cabinets.

Continuez à vous faire soigner !

Tandis que la France entame sa 4e semaine de confinement, les ophtalmologistes sont inquiets “de la baisse majeure du nombre de consultations en médecine spécialisée, qui fait craindre de lourdes conséquences sur la santé visuelle des Français si la situation se prolonge.” Et Thierry Bour, d’ajouter : “Il est important de continuer à se faire soigner, et à assurer le suivi de certaines pathologies, sans perte de chances pour les patients.” Le message est donc très clair : si vous suivez un traitement régulier, si vous souffrez d’une pathologie chronique nécessitant un suivi ophtalmologique, si vous avez besoin de soins en urgences, etc., contactez votre ophtalmologiste. Il est en effet le professionnel le plus à même de juger de la situation et de prendre des décisions en fonction de vos besoins de soins, au cas par cas. A l’heure actuelle, 80% des ophtalmologistes maintiennent l’accueil des urgences : 70% d’entre eux dans leur cabinet, 13% d’entre eux en mutualisant les accueils entre plusieurs cabinets et 17% d’entre eux transférant à l’hôpital. Et Thierry Bour, de conclure : “Nous appelons les patients aux pathologies nécessitant un suivi rigoureux ou des soins en urgence de consulter sans délai en cabinet, où toutes les précautions sont prises pour assurer leur sécurité. Il en va de leur santé visuelle.

Prendre un RDV ophtalmo >

 

Source : communiqué de presse du SNOF du 03/04/2020

Back to top