Traitement de la DMLA : nouvelle découverte

#Santé Retour aux actualités

La DMLA, Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age, est une maladie des yeux qui concerne aujourd’hui plus d’1 million de français. Différents degrés d’évolution de la maladie existent et la rendent plus ou moins pénalisante dans le quotidien des personnes concernées : vision trouble, tache sombre au centre du champ de visuel, vision déformée…

Il existe deux formes de DMLA : la DMLA « sèche » et la DMLA « humide ».

La DMLA « sèche » est la plus répandue, son évolution est lente (plusieurs années). Ce sont les «cônes», photorécepteurs permettant la précision de vision situés dans la macula de la rétine - tissu tapissant le fond de l’œil - qui sont victimes d’une mort prématurée.

Dans 20% des cas, la DMLA « sèche » se transforme en DMLA « humide » ou « exsudative ». Ce sont des vaisseaux anormaux qui envahissent la macula de la rétine, c’est une situation grave qui nécessite une prise en charge médicale urgente. Le sujet perçoit une ondulation des lignes droites, appelée «métamorphopsies».

 

schéma de l'oeil

DMLA symptome

Métamorphopsies : l'un des symptômes de DMLA
Illustration www.guide-vue.fr

 

Un traitement de la DMLA «humide» très prometteur

Le « Journal of Clinical Investigation » vient de publier le résultat de recherche de l’Université de Caroline du Nord qui annonce un traitement prometteur destiné à diminuer durablement ces vaisseaux sanguins anormaux, grâce à un composé : un inhibiteur de MDM2, qui active les protéines p53.

Quelles différences avec les traitements actuels de la DMLA ?

Aujourd’hui, le traitement de la DMLA consiste à freiner l’évolution de la maladie, parfois à restaurer une partie de la vision au sujet, mais il n’existe pas de véritable traitement curatif.
Rappelons que la prise en charge précoce de la DMLA est une chance pour le patient, aussi, faites régulièrement contrôler votre santé oculaire chez un ophtalmologiste, en moyenne tous les 2 ans pour les personnes de plus de 45 ans.

Un mode de traitement généralisé est l’IVT, Injection Intra Vitréenne. Parce que l’intérieur de l’œil n’est pas vascularisé, les principes actifs des médicaments n’atteignent pas leur cible, le plus efficace est alors d'introduire le produit directement dans l’œil, par une piqûre (IVT). De façon mensuelle, le médecin injecte des anti-VEGF - Vascular Endothelial Growth Factor - dont l'objectif est de bloquer le facteur de croissance de ces vaisseaux anormaux.  

La DMLA « humide » peut être traitée par laser, le but étant de détruire les néo-vaisseaux responsables déstructuration de la macula, avec un risque de dommages à l’ADN.

Ce nouveau traitement, qui s’est montré très efficace sur des souris, est également introduit dans l’œil par IVT. Mais alors que le traitement actuel touche « seulement » les facteurs de croissance favorisant le développement des néo-vaisseaux, ce nouveau traitement les détruirait, sans risque collatéral, avec moins de contrainte pour le patient quant au rythme d’injections nécessaires.

Les enjeux des recherches concernant le DMLA sont essentiels. Avec l'allongement de l'espérance de vie, l'OMS estime que le nombre de patients atteints de DMLA dans le monde va doubler d'ici 2020...

 

Source :

The Jounal Of Clinical Investigation. J Clin Invest. doi:10.1172/JCI67315. Copyright © 2013, The American Society for Clinical Investigation.
"Retinal angiogenesis suppression through small molecule activation of p53", Published September 9, 2013
 

Back to top