Se connecter

Pour accéder à votre compte

Mot de passe oublié ?

Pour réinitialiser votre mot de passe veuillez saisir votre email

Les instructions de réinitialisation du mot de passe seront envoyées à votre adresse de courriel enregistrée.

S'inscrire

Pour créer votre compte

#Santé

Pour soutenir la recherche sur les maladies de la vision, focus sur l’Institut de la Vision-Paris, centre de recherche international

Trouvez un professionnel
Consultez nos annuaires
OPTICIENS ORTHOPTISTES OPHTALMOLOGISTES
13/12/2021


Construit au cœur du Centre hospitalier national d’ophtalmologie (CHNO) des Quinze-Vingts, l’Institut de la Vision est un centre de recherche de dimension internationale entièrement dédié à la recherche sur les maladies de la vision. En 2018 il a été évalué par une commission internationale d'experts (HCERES) comme un centre de recherche de premier plan au niveau mondial, qui peut être considéré à juste titre comme le premier centre de recherche sur la vision dans le monde. Dix-huit équipes concentrent aujourd'hui leurs efforts sur des maladies telles que la DMLA, le glaucome, les rétinopathies pigmentaires et diabétiques... tout comme les moyens de les traiter - rétine artificielle, optogénétique, thérapie cellulaire… La création en 2019 du nouvel institut hospitalo-universitaire FOReSIGHT a marqué une nouvelle étape dans l'histoire de l'Institut de la Vision, toujours motivé par cette même ambition : accélérer la recherche et l’accès des patients aux innovations thérapeutiques. Et pour cela, chaque soutien compte.
 

 

L’Institut de la Vision, un campus d'excellence

Fondé sous l'impulsion de l'éminent Pr José-Alain Sahel, l’Institut de la Vision a ouvert ses portes en 2008 avec le soutien de l'université Pierre et Marie Curie (UPMC), de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et des subventions de la Ville de Paris et de la région Ile-de-France. Conçu comme un lieu de rassemblement et d’échanges autour des patients du CHNO des Quinze-Vingts, il s'est imposé autour d'une organisation inédite, en réunissant sur un même site la recherche fondamentale, clinique et industrielle. Toutes les équipes concentrent leurs compétences et leurs efforts sur :
 

  • la découverte de nouvelles thérapeutiques, d’approches diagnostiques innovantes et de solutions préventives ;
  • le développement de concepts, techniques et plateformes technologiques ;
  • l’exploration de nouvelles pistes de recherche ;
  • la validation de technologies compensatrices des déficits visuels.
Institu de la Vision José Sahel


En photo : fondateur de l'Institut de la vision, le Pr José Alain Sahel, une vie de recherche dédiée à faire tomber les murs du combat contre la cécité et de la restauration de la vision dans les dégénérescences rétiniennes. © CNRS

 

La Fondation Voir & Entendre

Fondation de coopération scientifique dédiée aux maladies des différents systèmes sensoriels, elle est l'entité qui permet de coordonner les équipes d'accompagnement de la recherche de l'Institut de la Vision. Elle est soutenue depuis sa création, en 2007, par cinq membres fondateurs : le CHNO des Quinze-Vingts, l'Institut Pasteur, l'Inserm, Sorbonne Université et la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France. Quatre autres membres fondateurs l'ont depuis rejointe : le CNRS et la Fondation pour l’Audition, l’AP-HP et l’hôpital Fondation Adolphe de Rothschild.

 

La création de l'IHU FOReSIGHT

Créés en 2009 dans le cadre des investissements d'avenir par le gouvernement, les IHU sont des lieux d’excellence scientifique et médicale dont la finalité est d'inventer la médecine de demain, les futurs traitements et les nouvelles pratiques. Chaque IHU regroupe des équipes de chercheurs, des soignants et des entreprises autour d’une thématique clinique unique. En 2019 a été labellisé l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) FOReSIGHT, qui recouvre le CHNO des Quinze-Vingts, Sorbonne Université, l’Inserm, des services de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, la Fondation ophtalmologique Rothschild et le centre NeuroSpin du CEA. Cette structure s'inscrit dans cette même volonté de fédérer la communauté scientifique et clinique la plus large possible afin de répondre aux enjeux de l'ophtalmologie, d'aujourd'hui et de demain.

 

Des équipes d'excellence, à la reconnaissance nationale et internationale

Labellisé Laboratoire d’Excellence depuis 2011 par le ministère de la Recherche, l'Institut de la Vision est reconnu et réputé dans le monde entier pour l'excellence de ses équipes. Et en premier lieu de son fondateur : le Pr José Alain Sahel s'est vu décerné en novembre dernier le prix "Science Breakthrough of the Year" dans la catégorie des sciences de la vie, lors de la cérémonie des Falling Walls. Celui-ci récompense une vie de recherche dédiée "à faire tomber les murs" du combat contre la cécité et de la restauration de la vision dans les dégénérescences rétiniennes. En 2020, nombre de prix et de distinctions ont également récompensé le talent des équipes de l'Institut. Enfin, trois chercheurs ont cette année obtenu de prestigieuses subventions, notamment du European Research Council (ERC), pour mener à bien leurs projets de recherche (dont Kate Grieve, cf p.xx). En 2021, une nouvelle page s'écrit avec l'arrivée de Serge Picaud à la direction de l'Institut de la Vision, dont l'une des missions consistera à maintenir la recherche de très haut niveau et l'excellence des équipes.

 

“L’Institut de la Vision est labellisé Laboratoire d’Excellence depuis 2011 par le ministère de la Recherche.”

 

L’Institut de la Vision, en quelques chiffres (en 2020) :

  • un campus de 20 000 m2 dédiés à la recherche sur la vision et les maladies oculaires ;
  • 381 personnes (chercheurs, cliniciens, doctorants...) ;
  • 18 équipes de recherche fondamentale et préclinique, divisées en 5 départements ;
  • 4 services d'ophtalmologie et 4 services hospitaliers associés ;
  • 1 centre de référence des maladies rares (examens, recherche génétique) ;
  • 1 centre d’investigation clinique (essais cliniques, cohortes, innovation technologique) ;
  • 1 centre de ressources biologiques ;
  • 1 équipe exploratoire Carnot ;
  • 14 plateformes technologiques et handicap dont 2 créées en 2020 ;
  • 5 projets financés par l'European Research Council ;
  • 8 sociétés créées et environ 400 emplois depuis 11 ans ;
  • 26 partenariats actifs à travers le monde ;
  • 74 essais cliniques en cours ;
  • 1 037 K€ de ressources issues des dons (mécénat, dons, événements, legs) ;
  • 197 publications scientifiques en 2020.

 

Serge Picaud Institut de la vision


En photo : Docteur en pharmacologie et neurosciences et directeur de recherche Inserm, Serge Picaud a pris la direction de l'Institut de la Vision, à la suite du Pr Sahel, en Janvier 2021. © CNRS  

 

“Le projet FOReSIGHT - défendu par l'Institut de la Vision, le CHNO des Quinze-Vingts, l'Inserm et Sorbonne Université - a été labellisé Institut hospitalo-universitaire (IHU) par le gouvernement.”

Maladies de la vision, un enjeu de santé publique planétaire

Sur une population mondiale d'environ 7,8 milliards d'êtres humains, on estime à 43,3 millions le nombre de personnes aveugles. La prévalence des pathologies oculaires - et donc de la cécité -augmente avec l'âge : la plupart des personnes aveugles sont âgées de 50 ans ou plus. La cataracte et les troubles de la réfraction non corrigés sont les causes majeures de cécité à l'échelle planétaire. Dans les pays dits industrialisés, la cécité est davantage associée au vieillissement. En 2020, dans le monde, on estime à 60 millions le nombre de personnes atteintes d'un glaucome, 196 millions de la DMLA ou encore 415 millions de personnes diabétiques, dont 1/3 souffrant de rétinopathie diabétique. Avec l’allongement de la durée de vie, on s’attend à une forte augmentation du nombre de patients d’ici à 2040, soit 111,8 millions de glaucome ou encore 288 millions de DMLA... Sans oublier les maladies rares qui sont également une source importante de malvoyance et de cécité, à l'instar de la rétinopathie pigmentaire ou de la neuropathie optique héréditaire de Leber (NOHL).

 

"À l’échelle mondiale, au moins 2,2 milliards de personnes ont une déficience visuelle touchant la vision de près ou la vision de loin. Pour au moins 1 milliard de ces personnes, soit près de la moitié d’entre elles, la déficience visuelle aurait pu être évitée ou n’a pas encore été prise en charge.” source OMS (2021).

 

Une réussite aux retombées prometteuses  

Depuis 13 ans, la Fondation Voir & Entendre soutient les recherches menées à l’Institut de la Vision qui, depuis sa création, a été le théâtre de progrès majeurs en matière de connaissance des pathologies oculaires et de lutte contre la cécité. Parmi les projets innovants, les thérapies prometteuses et la prise en charge des handicaps sensoriels, citons :

  • la thérapie génique ou comment les gènes deviennent des médicaments pour le système visuel : l’Institut de la Vision est entre autres pionnier dans le développement préclinique et clinique d’une thérapie génique pour une maladie rare sévère, la neuropathie optique héréditaire de Leber (NOHL) ;
  • la thérapie optogénétique : cette méthode, qui vise à modifier génétiquement des cellules, consiste à implanter dans les neurones, via des vecteurs viraux utilisés généralement en thérapie génique, une protéine photosensible (opsine), capable de créer un courant électrique au travers de la membrane cellulaire.  Début 2021, ont été dévoilés les résultats à sept mois du premier essai clinique réalisé chez l'être humain par thérapie optogénétique chez un patient atteint de rétinopathie pigmentaire, une maladie génétique dégénérative de la rétine. Le patient ayant bénéficié de cette thérapie peut à présent compter, repérer et situer des objets sur un plan fixe... une première !
  • la vision corticale, comment voir sans la rétine ou comment développer un système capable de restaurer la vision par stimulation optogénétique du cortex visuel ;
  • la recherche contre le Syndrome de Usher : mieux appréhender ce que la perception multisensorielle apporte à l’individu et développer des technologies et traitements qui bénéficieront aux personnes atteintes ;
  • l’évolution des implants rétiniens : la start-up française Pixium Vision, créée par l'Institut de la Vision poursuit ses avancées en matière de rétine artificielle. Après avoir dévoilé, fin 2019, les premiers succès des implants rétiniens PRIMA sur des personnes atteintes de la forme sèche de DMLA, les essais continuent. Ce dispositif est à ce jour en phase de test clinique à plus grande échelle, dans le cadre de l’étude PRIMAvera, dont l'objectif est d'en démontrer la performance et de confirmer la sécurité du système.
  • la thérapie cellulaire : les chercheurs sont capables de produire les différents types de cellules de la rétine à partir des cellules souches pluripotentes humaines induites (iPS) reprogrammées à partir des cellules de la peau du patient. L’année 2019 a été marquée par le lancement du premier essai français de thérapie cellulaire pour des maladies de la vision, dont l'objectif était de remplacer les cellules déficientes de l’épithélium pigmentaire de la rétine dans des pathologies comme la DMLA ou la rétinopathie pigmentaire.
  • le Streetlab : la rue artificielle - équipée de capteurs de mouvements et d’une régie de contrôle - permet de mener des projets de recherche appliquée et fondamentale autour de la perte d’autonomie et de la rééducation et de la réhabilitation visuelle.

streetlab institut de la vision

 

 

 

 

 

 

 

 






En photo : les plateformes technologiques Streetlab ont pour mission d'accompagner les industriels développant des produits et services innovants destinés à améliorer l'autonomie, la mobilité et la qualité de vie des personnes déficientes visuelles. © CNRS

 

Vous aussi, permettez à l’Institut de la Vision d’agir !

Les dons privés représentent une opportunité exceptionnelle pour démultiplier et accélérer les travaux de recherche du projet FOReSIGHT. (Photo © CNRS)

Institut de la Vision Guide Vue

En tant que particulier, vous pouvez faire un don à l’Institut de la Vision et bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu égale à 66 % du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu imposable. (Chiffres 2024).

Autres façons de manifester votre générosité :

  •  réduction d’IFI de 75% du montant de votre don, dans la limite de 50 000€ ;
  •  legs, donations de biens mobiliers et immobiliers, souscription d'assurances-vie ;
  • donation temporaire d’usufruit, création d’une fondation ou d’un fonds de dotation abrités.


En tant qu’entreprise ou organisation (association, fondation, etc.), vous pouvez également aider la recherche via :

  • le mécénat financier, la subvention ;
  • le produit-partage, des micro-dons sur salaire, des micro-dons en caisse ;
  • le mécénat de compétence, le pro bono ;
  • le parrainage événementiel à travers l'organisation de courses, marches ou manifestations au profit de la fondation Voir & Entendre et de l’Institut de la Vision. En 2020 a été lancé le challenge #Marchepourvoir via l'application OuiLive, proposant aux entreprises, aux collectivités et à leurs collaborateurs de relever le défi de la lutte contre la cécité, aux côtés de l'Institut de la Vision.


Entreprises : plafond de la réduction d’impôt (chiffres 2024)
Pour établir le montant de leur réduction d'impôt, les entreprises peuvent choisir entre les deux plafonds suivants 

  • le plafond de 5 pour mille du chiffre d’affaires de l’entreprise
  • le plafond de 20 000 €


Dès maintenant, n’hésitez pas à faire un don à la Fondation Voir et Entendre : en ligne (paiement sécurisé) sur www.don-vision.fr, par téléphone au 01 53 46 26 48 ou par courrier en adressant votre chèque à l’ordre de la Fondation Voir & Entendre au 17, rue Moreau 75012 Paris. Pour plus d’informations, contactez Arnaud Bricout, responsable de la philantropie, par téléphone au 01 53 46 26 48 ou par mail à relation-donateur@institut-vision.org.

 

Institut de la Vision appel don recherche DMLA

 

 

Soutenez la recherche, soutenez l'Institut de la Vision >

/institit_de_la_vision_-_soutenez_nous-_guidevue

À lire aussi

Nouvelles thérapies de la vision et leur impact au quotidien, sujet de la WebTV de l’Institut de la Vision

La thérapie génique, l'optogénétique, la thérapie cellulaire, les implants rétiniens... autant d'approches thérapeutiques différentes qui toutes ont en commun de représenter un véritable espoir pour les millions de personnes souffrant d'atteintes visuelles.

Un non-voyant retrouve une perception visuelle grâce à l'optogénétique

La thérapie optogénétique vise à modifier génétiquement des cellules afin qu'elles produisent des protéines sensibles à la lumière.

Une 1ère résolution sur la vision adoptée par l'ONU

C'est le 23 juillet 2021 qu'a été adoptée à l'unanimité par les 193 pays des Nations unies la première résolution sur la vision à l'échelle planétaire.

malvoyance_definition

Mieux comprendre la malvoyance

Il y a quelques années la notion de malvoyance était mal connue. Les personnes déclarées en cécité légale, définie par un seuil de performance visuelle ouvrant droit à une prise en charge orthoptique, étaient considérées comme non voyantes.

Trouvez un professionnel
Consultez nos annuaires
OPTICIENS ORTHOPTISTES OPHTALMOLOGISTES

Les opticiens près de chez vous

Une image illustrant des informations sur la santé

Krys

Marion Verdier

Une image illustrant des informations sur la santé
centre commercial Balaruc Loisirs 34540 BALARUC LE VIEUX
Une image illustrant des informations sur la santé

Krys Saint-Jean-de-Védas

Une image illustrant des informations sur la santé
route de Sète 34430 Saint Jean de Védas
Une image illustrant des informations sur la santé

Krys

Anne-Laure Perez

Une image illustrant des informations sur la santé
Centre Commercial Grand Sud, Route de Carnon 34970 LATTES
Une image illustrant des informations sur la santé

KRYS Grand Rue Jean Moulin

Arnaud Pezet

Une image illustrant des informations sur la santé
51, Grand Rue Jean Moulin 34000 MONTPELLIER