Ophtalmologie : des délais d'attente importants préoccupent les Français

#Santé Retour aux actualités

Une grande majorité de Français (93%) s’inquiète du non-remplacement d’1 ophtalmologiste sur 2 : c’est ce que révèle le dernier sondage SNOF*- IFOP « Les Français et leur santé oculaire » réalisé en janvier 2013 sur un échantillon de 1008 personnes de plus de 18 ans.

Attachés à la qualité des soins, les Français désignent l’ophtalmologiste comme pivot de la filière visuelle. Qu’ils aient une correction oculaire ou non, les Français font massivement confiance à l’ophtalmologiste pour prendre soin de leur vue : 94% d’entre eux.

« Le dépistage est crucial : 36% des patients qui consultent un ophtalmologiste pour se faire prescrire des lunettes se voient diagnostiquer un autre problème médical, parfois extrêmement grave. Le gl aucome, par exemple, est asymptomatique. Que l’on soit porteur de lunettes ou non, il est important de consulter un ophtalmologiste régulièrement. La fréquence varie en fonction de la tranche d’âge : tous les ans de la naissance à 6 ans, en fonction des indications de l’ophtalmologiste jusqu’à la quarantaine, puis tous les 2 à 3 ans sauf indications contraires. », commente le Professeur Béatrice Cochener, Présidente de l’Académie Française d’Ophtalmologie.

Par ailleurs, les sondés souhaiteraient que les délais d’attente soient ramenés, dans l’idéal, à moins d’1 mois : le délai moyen dépasse actuellement 100 jours. Une situation délicate dans un pays où plus de 68%** de la population est directement concernée.

Pour faire face aux déserts médicaux, près des trois quarts des Français (74%) déclarent être favorables au déploiement des cabinets fondés sur une coopération ophtalmologiste-orthoptiste.

 

 

* SNOF : Syndicat National des Ophtalmologistes Français

** Source : enquête Irdes " Santé et protection sociale " publiée en 2012

Méthodologie du sondage :
Échantillon de 1008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, profession du chef de famille) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne. Période du 8 au 10 janvier 2013.

Back to top