Myopie, prévention et dépistage précoce sont essentiels

#Santé Retour aux actualités

On savait déjà depuis de nombreuses études que la myopie gagnait du terrain sur l’ensemble des continents, avec une prévalence très marquée en Asie notamment. Une étude épidémiologique de grande ampleur est récemment venue étayer ce phénomène en France, tel un état des lieux de la myopie dans l’Hexagone. Et ses conclusions sont claires : la prévention mais aussi le diagnostic précoce et la prise en charge rapide sont cruciaux pour en freiner la progression.

Avec près de 2,6 milliards de personnes concernées dans le monde, la myopie est le trouble de la vue le plus répandu à l’échelle de la planète. Et sa prévalence ne cesse, depuis plusieurs décennies, de s’accroître sur l’ensemble des continents, l’Asie en particulier avec des chiffres pouvant atteindre jusqu’à 92% - à Taiwan par exemple. L’Europe n’est pas épargnée pour autant puisqu’on estime à 30% la part de la population concernée. Et en France ? Jusqu’à maintenant, les données sur la prévalence et la progression de cette amétropie étaient rares. Or une vaste étude épidémiologique, publiée à travers deux articles dans le British Journal of Ophtalmology, sous la direction du Pr Nicolas Leveziel, chef du service d’ophtalmologie du CHU de Poitiers et président de l'Association de lutte contre la maculopathie myopique (Amam), a permis d’obtenir de nombreuses données, telle une cartographie de la myopie en France.

La myopie progresse de façon importante chez les enfants

Ces résultats sont le fruit d’une étude réalisée entre 2013 et 2019 sur une cohorte de 136 333 enfants âgés entre 4 et 17 ans. Parmi ses nombreux enseignements, un chiffre : 20,5% des moins de 18 ans sont atteints de myopie. Et l’analyse des données a permis de révéler que l’âge était un facteur crucial dans la progression de ce trouble visuel. Elle augmente de 33% sur la tranche d’âge des 7-9 ans, et de 29% chez les 9-12 ans, avec une plus grande progression chez les filles. Si la progression de la myopie est clairement plus conséquente chez les enfants, l’étude - qui a également analysé la progression de la myopie sur une cohorte de plus de 630 000 adolescents et adultes - révèle aussi que près de 37% des adultes souffrent de myopie, un trouble qui continue sa progression bien après l’adolescence.

De l’importance du dépistage et d’une prise en charge précoce

C’est pourquoi cette vaste enquête rappelle la nécessité d’un dépistage précoce et d’une prise en charge immédiate lorsque la myopie est diagnostiquée. Sans oublier la prévention car l’on sait aujourd’hui l’importance de quelques mesures d’hygiène pour prévenir l’apparition de la myopie. Quelques exemples : augmenter le temps passé en extérieur à la lumière naturelle, réduire les tâches qui mobilisent la vision de près, faire des pauses régulières face aux écrans… La visite régulière chez l’ophtalmologiste est également essentielle pour dépister une myopie débutante et ainsi mettre en place différentes solutions thérapeutiques pour la freiner (verres de freination myopique, orthokératologie, lentilles de contact…).

Source : CHU de Poitiers, “Etude sur la myopie publiée dans une revue scientifique prestigieuse”, 15 février 2022.

Back to top