Lumière bleue, à consommer avec modération

#Santé Retour aux actualités

Les études scientifiques s’accumulent et délivrent toutes les mêmes conclusions : les effets d'une surexposition à la lumière bleue sont assurément néfastes. Pour les yeux en premier lieu, et pas seulement ! Celle-ci influerait également sur tout notre organisme, avec des incidences démontrées sur le sommeil, la concentration et, peut-être même, l’espérance de vie. C’est pourquoi l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, a émis des recommandations pour limiter l’usage des dispositifs à LED les plus riches en lumière bleue. Explications.


Le temps face aux écrans explose

Les écrans sont partout, qu'il s'agisse de la télévision, de l'ordinateur, de la tablette ou du smartphone bien sûr, et leur consommation a explosé. Les résultats du dernier Baromètre de la santé visuelle, qui chaque année mesure les comportements des Français vis-à-vis de la santé visuelle, l'ont attesté : les Français passent plus de 6h par jour devant les écrans, un chiffre qui passe à 9h57 lorsqu'il s'agit des 16-24 ans ! Et l'on serait tenté de croire que seules les dernières générations sont concernées par cette surexposition aux écrans, or une étude américaine publiée par Nielsen a révélé que les seniors passaient près de 11h par jour devant les écrans...

La lumière bleue, qu'est-ce que c'est ?

Cela fait maintenant plusieurs années que l'on parle de la lumière bleue et de la nécessité de s'en protéger. La lumière bleue est une partie du spectre de la lumière, dont les longueurs d'onde se situent entre 380 et 500 nanomètres. Si le soleil est l'émetteur naturel de lumière (qui rappelons-le est bénéfique pour notre santé puisque c'est la lumière du soleil qui nous permet de fixer la vitamine D), dont la lumière bleue, les écrans et autres dispositifs à LED sont quant à eux des sources artificielles de lumière bleue.
 

A lire aussi : Lumière bleue : attention les yeux

La lumière bleue, néfaste pour la rétine ?

Les études, de plus en plus nombreuses, ont aujourd'hui démontré la toxicité d'une surexposition à la lumière bleue sur nos yeux. Publiée dans la revue Nature, une étude américaine menée par le chercheur Ajith Karunarathne a démontré que cette surexposition entraînait une suite de réactions chimiques, ayant elles-mêmes pour conséquences la création de molécules toxiques dans les cellules photoréceptrices. Or ces cellules photoréceptrices sont indispensables pour bien voir. Ainsi, des liens semblent établis entre une exposition chronique à la lumière bleue et la DMLA, la dégénérescence maculaire liée à l'âge qui consiste en une destruction progressive des cellules photoréceptrices au cœur de la rétine.
A lire aussi : Une bonne vue qu'est-ce que c'est ?

Des troubles sur l'organisme en général

lumière bleue trouble du sommeilD'autres effets associés à une surexposition à la lumière bleue ont également été observés par les chercheurs. Parmi eux des troubles du sommeil notamment. En effet, l'horloge biologique est perturbée par la consommation, le soir surtout, à l'heure du coucher, d'écrans et donc de lumière bleue. Celle-ci vient retarder la production de mélatonine, essentielle dans le processus d'endormissement. De là découlent fatigue, difficulté de concentration et de mémorisation, irritabilité, etc. Et ce n'est pas tout : cette surexposition pourrait même réduire l'espérance de vie : c'est en tout cas ce qu'a démontré une étude réalisée sur des mouches publiée dans la revue Nature. En plus de créer des lésions sur la rétine des insectes, l'exposition prolongée à la lumière bleue raccourcissait considérablement leur durée de vie.


Les recommandations de l'Anses

Face à la toxicité avérée de la lumière bleue sur la rétine et ses effets perturbateurs sur les rythmes biologiques et la qualité du sommeil, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a émis quelques recommandations visant à réduire au maximum l'exposition à ces sources lumineuses riches en lumière bleue. Elle préconise en effet une limitation de l'exposition de toute la population - et tout particulièrement des enfants - à la lumière bleue avant le coucher et durant la nuit. En plus de perturber leur rythme circadien, la lumière bleue est plus dangereuse pour les enfants car leurs yeux sont plus vulnérables que ceux des adultes, en raison de leur cornée plus fine et leur cristallin très transparent qui protègent moins la rétine. Aussi elle recommande de faire évoluer le cadre réglementaire s’appliquant à tous les systèmes à LED et encourage l’établissement de normes définissant les critères de performance des équipements de protection vis-à-vis de la lumière bleue. Enfin l'Anses préconise une diminution globale de la pollution lumineuse, notamment la nuit, en raison de son impact négatif sur la biodiversité et l'environnement.

 

Sources :

- Baromètre de la Santé visuelle 2019, par l'Association nationale pour l'améioration de la vue.
- LED : les recommandations de l’Anses pour limiter l’exposition à la lumière bleue, mai 2019.

 

A lire aussi :

.La santé de vos yeux >>

Back to top