Evaluer la douleur grâce au diamètre des pupilles

#Santé Retour aux actualités

Les pupilles des yeux sont facilement reconnaissables par leur couleur noire au centre de chaque œil, mais savez-vous que la pupille est en réalité un trou permettant à la lumière d'atteindre la rétine située au fond de l'œil pour déclencher le phénomène de vision ?

 

Le diamètre des pupilles varie suivant plusieurs paramètres, essentiellement en fonction de l'intensité lumineuse. Plus la lumière est forte, plus l'iris (partie colorée de l'œil) se dilate pour réduire le diamètre de la pupille et ainsi laisser passer moins de lumière. 

Des chercheurs Français de l’Inserm et de l’Université Diderot de Paris 7* ont expérimenté la corrélation entre l’intensité de la souffrance physique et la dilatation des pupilles, après une stimulation lumineuse de la rétine.
En effet, établir un lien de cause à effet entre ces deux paramètres permettrait à des équipes soignantes d’évaluer le degré de souffrance d’une personne ne pouvant pas s’exprimer, grâce à la mesure du diamètre de ses pupilles, quelle que soit la cause de ses souffrances.

 

Une expérimentation lors d'accouchements

Pour procéder à ces recherches en conditions réelles, les tests ont été réalisés lors d'accouchements de 26 femmes. Quatre situations d’accouchements ont ainsi été analysées :

  • avant péridurale analgésique sans contraction utérine
  • avant péridurale analgésique avec contractions utérines
  • après péridurale sans contraction
  • après péridurale avec contractions

Pour mesurer les variations des diamètres de pupilles, une caméra haute définition placée devant l'œil de ces mères effectuait des relevés réguliers par fractions de secondes.

 

« Nous cherchions un outil qui puisse être indépendant de l'évaluation subjective réalisée par le patient ou le médecin. ... Habituellement, nous demandons aux patients de classer leur douleur sur une échelle de 1 à 10. Dans les cas où nous ne parlons pas la même langue qu'eux, nous cherchons à évaluer cette douleur par leur comportement » Jean Guglielminotti, médecin anesthésiste réanimateur, co-auteur des travaux.


C’est dans la revue « Anesthesia & Analgesia » que les résultats de cette étude ont été publiés : 

  • après stimulation lumineuse de la rétine, les contractions utérines provoquent l'augmentation du diamètre pupillaire et de sa contraction,
  • après installation de l’analgésie péridurale, les paramètres reviennent à la normale.

Ces recherches ne permettent pas de définir de valeurs paliers révélant l’intensité de la douleur, « Néanmoins, chaque individu pourrait être son propre témoin. Cela signifie qu'en mesurant l'évolution de ces paramètres au cours du temps, par exemple avant et après un traitement antalgique, il serait possible de déterminer l'évolution de la douleur et de savoir ainsi si ce traitement a été efficace ou non. » Jean Guglielminotti.


Ces recherches ouvrent des opportunités de progrès pour évaluer l’efficacité de traitements contre la douleur, l'accompagnement des patients en salle de réveil, ou en salle de réanimation.

Ces recherches doivent être étendues et confirmées par d'autres tests dans d’autres situations de souffrance.

 

 

 

*Unité 738 Inserm/Université Paris Diderot-Paris 7

Sources :
Inserm, 29 mars 2013.
Assessment of Pain During Labor with Pupillometry: A Prospective Observational Study. Guglielminotti J et al, Anesthesia & Analgesia doi: 10.1213/​ANE.0b013e31828a7218

Back to top