Un produit chimique testé sur des souris aveugles

#Santé Retour aux actualités

Afin de lutter contre des maladies oculaires dégénératives comme la rétinite pigmentaire ou la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’âge), une équipe de chercheurs a expérimenté un nouveau procédé sur des souris.

 
Des chercheurs de l’University of California de Berkeley, de l’University of Washington à Seattle et de la Ludwig-Maximilians Universität de Munich ont injecté un produit chimique appelé AAQ dans les yeux de souris qui avaient subi une modification génétique leurs faisant perdre la fonction des cellules photoréceptrices de l’œil : les cônes et les bâtonnets qui sont les cellules responsables de la vision.
 
Les chercheurs ont publié dans la revue Neuron les résultats de cette étude. Ils ont observé que l’injection de AAQ restaurait le réflexe pupillaire, c'est-à-dire que la pupille noire située au centre de l'iris -partie colorée de l'œil - dont le diamètre varie plus ou moins selon l'intensité de la lumière réagissait.
Les souris montraient aussi un comportement d’évitement de la lumière, ce qui prouve qu’elles la percevaient.
 
Le produit chimique AAQ agirait au contact de la lumière, comme une cellule photoréceptrice. Richard Kramer, professeur de biologie à Berkeley et principal auteur de l'étude explique : "C’est similaire au chemin qu’empruntent les anesthésies locales : elles s’enracinent dans les canaux ioniques et restent pendant longtemps, de sorte que vous restez engourdi pour longtemps. Notre molécule est différente dans le sens où elle est photosensible, donc vous pouvez l’allumer ou l’éteindre, et allumer ou éteindre l’activité neuronale".
Ce type de procédé est différent des pistes explorées par les nombreuses équipes de recherche qui s’activent à trouver des remèdes à la malvoyance. Le produit AAQ est injecté directement. Il n’est pas nécessaire de recourir à une opération chirurgicale.
Le docteur Russell Van Gelder, président du département d'ophtalmologie de l’University of Washington de Seattle explique : "Nous devons encore montrer que ces composés sont sûrs et qu'ils fonctionnent de la même façon pour les hommes que pour les souris, mais ces résultats démontrent que cette classe de produits restaure la sensibilité à la lumière des rétines aveugles par une maladie génétique".
Les chercheurs sont en cours d’étude de nouveaux composés chimiques à tester dans un premier temps sur des souris.
 
Source :
Photochemical Restoration of Visual Responses in Blind Mice, Neuron, Volume 75, Issue 2, 26 July 2012, Pages 271–282
 

 

Back to top