Le travail sur écran

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
A lire aussi

Les effets nocifs de la lumière artificielle pour vos yeux.
Travailler sur ordinateur debout : une tendance qui se développe
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

travail sur écran posture ergonomieLa lecture sur écran d’ordinateur est souvent comparée à la télévision, il y a pourtant une différence essentielle : il est fréquent de regarder passivement la télévision, alors que lire sur un écran d’ordinateur, c’est capter et choisir une information dans un contexte d’efficience.

L’écran de visualisation est devenu omniprésent aussi bien dans le cadre du travail que des loisirs.

 

Quelles sont les bonnes pratiques quotidiennes ?

De bonnes pratiques existent pour optimiser votre confort global, respecter votre corps et votre vision. En voici une synthèse, non exhaustive.
Notez qu'elles sont applicables plus généralement pour toute activité prolongée en vision rapprochée : lecture, écriture...

Avant tout il est essentiel de porter un équipement optique adapté, faites régulièrement contrôler votre vision chez un ophtalmologiste : tous les 2 à 3 ans pour les adultes jusqu'à 45 ans, tous les ans à tous les 2 ans dès 50 ans.

Les 3 critères clés à respecter pour optimiser votre confort de travail de bureau :

Votre bureau et votre éclairage  

Votre écran doit être perpendiculaire à la fenêtre (équipée de rideaux ou de stores), et à plus de 2 mètres. Jamais d’écran face ou dos à la lumière.
Evitez les petits écrans si votre travail sur écran est prolongé : le standard est à 17 pouces.
Réglez correctement le contraste et la luminosité de l'écran (pas d’éblouissement), utilisez des couleurs faciles à différencier (fond blanc, lettres noires, en dehors des cas particuliers de déficiences visuelles).

conseil pour préserver sa vue en travaillant sur l'ordinateur

Votre plan de travail doit être bien orienté : éclairage à gauche pour les droitiers, et inversement pour les gauchers.

Votre lampe de bureau possède un abat-jour pour éclairer vos textes sans vous éblouir et sans générer de lumière parasite sur l’écran : "l'éclairement" est inférieur à 200 lux. L'idéal étant une lampe avec réflecteur asymétrique pour éclairer plus d’un côté que de l’autre.
Pour éviter les réflexions lumineuses parasites, préférez un environnement mat : bureau mat, etc.
Les éclairages de la pièce doivent être indirects : les plafonniers sont équipés de grille ou de plaque perforée, ne placez pas votre écran au-dessous.

Votre posture

Votre dos doit être droit (ou à peine en arrière) et soutenu par un dossier, en particulier le bas du dos.
Vos articulations, genoux, hanches et coudes doivent former un angle droit, réglez votre fauteuil en fonction. Votre fauteuil est mobile mais avec une stabilité sans effort lors de l’utilisation, préférez-le avec piètement à 5 branches.
Vos pieds sont posés à plat, sur un repose-pieds si nécessaire.
Vos avant-bras sont à l’horizontale, poignets posés sur votre bureau, à la même hauteur que les accoudoirs du fauteuil.
Votre tête est en position naturelle, dans le prolongement de la colonne vertébrale. Vous travaillez de face (l’écran ne doit pas être de côté).  
Votre regard se situe entre l’horizontale et 30° vers le bas, à distance de lecture confortable (50 à 70 cm). De même pour votre document. Ne jamais positionner votre zone d’observation plus haut que votre axe de regard horizontal, surtout si vous portez des verres progressifs !

Votre discipline

Votre correction visuelle est adapatée et d'actualité.
Faites des pauses ! Regardez par la fenêtre au loin 1 minute, changez de lieu et d'activité : 5 à 10 minutes toutes les 45 minutes à une heure. Le changement de distance de vision, d’environnement lumineux et de posture vous seront bénéfiques. Par exemple, levez-vous ou positionnez-vous plus en arrière dans votre fauteuil lorsque vous téléphonez.
Clignez souvent des yeux : le travail sur écran vous impose une fixation soutenue qui espace le rythme de clignement des paupières, le film de larme se renouvelle moins. De plus, les atmosphères de travail sont souvent climatisées et sèches, buvez beaucoup, aérez et humidifiez votre pièce. Il existe aussi des larmes artificielles, demandez conseil à votre ophtalmologiste.
 

Travailler debout : une tendance qui se développe

La sédentarité est qualifiée par l‘OMS, Organisation Mondiale de la Santé, de problème de santé publique mondiale. Aux quatre coins du globe, médecins et scientifiques alertent sur les dangers pour notre santé d’un temps passé assis trop prolongé. Assis devant les écrans d’ordinateur, la télévision, dans les transports… autant de pratiques de la vie moderne qui favorisent fortement l’apparition de dégénérescence musculaire, maladie cardiaque, obésité, diabète, mal de dos, cancers (colon, ovaire…) et même de décès prématuré. (1)

Ainsi, le travail sur ordinateur en position debout est une solution qui se développe. Celle-ci ne dispense pas de s’asseoir pour se reposer ! Certaines personnes adoptent même une méthode plus couteuse mais pertinente pour la santé : le tapis de marche, pour bouger en travaillant.

travailler debout sur ordinateur

Quels sont les effets d’un travail prolongé sur écran ?

La fatigue visuelle est courante, elle est de même niveau qu'un autre travail visuel rapproché, de même durée, dans les mêmes conditions lumineuses.

En effet, ces configurations de travail nécessitent une concentration et un temps de fixation importants.

L'effort visuel spécifique au travail sur écran implique une combinaison d’opérations :

  • Variation des distances de lecture et des champs visuels : textes, clavier, écran…
  • Variation du niveau de luminosité, de contraste, de couleurs, éventuel éblouissement dû à l’éclairage
  • Fixation très prolongée : effort d’accommodation et de convergence intense

Ainsi, ce besoin de voir net de façon prolongée révèle parfois un défaut visuel qui était existant mais non ou mal corrigé : hypermétropie, astigmatisme...

Par ailleurs, d’autres facteurs favorisent la fatigue :  

  • Les bonnes pratiques posturales ne sont pas toujours respectées
  • Tous les supports de travail présentent une luminance propre qui influe sur la performance visuelle. L’œil doit s’adapter en permanence entre des zones de luminance, de brillance, très différentes : éclairage du texte, luminance de l’écran...
  • Le clignement naturel des paupières est plus espacé, l'atmosphère est souvent climatisée et sèche

 

Le risque lié à la lumière artificielle

lumière bleue LEDUne récente étude de l'Institut de la Vision révèle qu'une partie de la lumière artificielle émise par les écrans d'ordinateurs, de tablettes numériques, et plus généralement par les LED, est toxique pour les yeux. Appelée lumière "bleu-violet", ces rayons sont responsables de réactions chimiques au niveau de la rétine située au fond de l'œil, provoquant ainsi des dommages rétiniens.

La pathologie rétinienne la plus répandue est la DMLA, Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age : l'âge et le vieillissement en sont les principaux responsables, mais il existe des facteurs de risque comme le tabagisme, les prédispositions génétiques,... et désormais nous le savons, la lumière "bleu-violet" artificielle.

De nouveaux verres ophtalmiques (optiques) existent pour filtrer cette partie de la lumière bleue à risque : demandez conseil à votre opticien.

      

Quels sont les symptômes d’une fatigue visuelle ?

Vous pouvez ressentir un ou plusieurs de ces symptômes, qui s’accentuent dans la journée de travail :fatigue des yeux, travail sur ordinateur

  • Picotements des yeux
  • Eblouissement
  • Vision floue par moment
  • Céphalée (maux de tête)
  • Grains de sable (évoquant une symptomatologie de syndrome sec)
  • Lourdeur des paupières
  • Fatigue
  • Trouble de la fixation ou de la concentration
  • Défaut de mise au point quand vous changez de point de fixation : par exemple quand vous passez de la vision rapprochée à la vision de loin, et inversement

Avec l’âge, la fatigue augmente. L’état général, la prise de médicaments (psychotrope, ...) influent de façon très nette, ainsi que les défauts visuels qui sont pratiquement toujours :

  • Correction optique inexistante ou mal adaptée
  • Défaut de convergence

 

Que faut-il faire ?

Consultez votre ophtalmologiste. Il fera un diagnostic avec des préconisations adaptées à votre situation. Présence d’un éventuel défaut visuel ? D’un défaut de convergence ? De sècheresse oculaire ? D’une pathologie ? De la nécessité d'une rééducation orthoptique ?

Parfois, l’ophtalmologiste découvre une véritable pathologie comme un glaucome.

 

Pour en savoir plus, nous vous recommandons le Guide du travail sur écran rédigé par l'Inserm.    

 

Retour haut de page

 

(1) Source : “Leisure-time spent sitting and site-specific cancer incidence” publié en ligne le 30 juin 2015 in Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention. Pr Patel, American Cancer Society.

Les informations fournies sur le site guide-vue.fr® sont destinées à améliorer, non à remplacer, la relation directe entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.

Cet article a été rédigé par Le comité éditorial et mis à jour le 09/09/2015.